La Guinée équatoriale fait face à une crise footballistique majeure après l’élimination de son équipe en huitièmes de finale de la CAN 2023.

La mise à l’écart de deux joueurs clés, Emilio Nsue et Iban Salvador, pour des raisons disciplinaires a déclenché une série d’accusations graves à l’encontre de la fédération et de son président.

Des révélations explosives en direct sur Instagram

Jeudi soir, lors d’un live sur Instagram, Emilio Nsue a exposé avec véhémence des allégations de corruption au sein de la fédération équato-guinéenne. Affirmant détenir des documents à l’appui, le meilleur buteur de la CAN 2023 a déclaré que la somme de 1 million d’euros, promise pour le développement du football local après la CAN 2022 au Cameroun, avait été détournée.

“Cancers, voleurs, menteurs” – l’attaque frontale de Nsue

Nsue n’a pas mâché ses mots, qualifiant les dirigeants de “cancers, voleurs, menteurs et corrompus” qui ont humilié les joueurs. Il a dénoncé une ambiance délétère en interne, des menaces envers le sélectionneur, et même des tentatives de division au sein du groupe. Selon lui, la situation atteint un niveau de médiocrité avec des individus qualifiés d’analphabètes et de voleurs.

Réactions en chaîne et lettre collective des joueurs

La suspension de Nsue et Salvador a suscité une réaction immédiate de l’équipe nationale. Tous les joueurs ont signé une lettre contestant la décision et dénonçant non seulement la disparition des primes, évaluées à 800 000 dollars, mais aussi l’exclusion de l’équipe de son hôtel lors de la préparation, due à des factures impayées par la fédération.

Contradictions et limogeages

Le sélectionneur Juan Micha Obiang, limogé cette semaine, a contredit les justifications de la fédération concernant la suspension de Nsue, déclarant n’avoir rien à reprocher au joueur. Les tensions internes et les accusations ont créé un climat délétère, remettant en question la stabilité de l’équipe nationale.

La promesse de Nsue : “Je ne reviendrai pas tant que les dirigeants seront là”

Emilio Nsue, déterminé à défendre l’honneur de son pays, a conclu en promettant de ne pas porter à nouveau le maillot de la Guinée équatoriale tant que les dirigeants actuels seront en place. Il affirme être prêt à se battre pour son peuple et déclare que “le Nzalang continuera à vivre, mais pas tant que le président et ses sbires resteront au pouvoir.”

La Guinée équatoriale se retrouve donc face à une crise complexe, mêlant des allégations de corruption, des dissensions internes, et une remise en question profonde de la gouvernance du football national

 

Espace PUB

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici